Chroniques Chroniques sept. 2011 à déc. 2012 Don et management

Billet d’humeur (4/4) Le modèle utilitaire peut être remplacé par la relationnalité pour réguler les relations humaines.

on
7 janvier 2012

La relationnalité offre les arguments et les outils opérationnels pour opposer un autre modèle de régulation des relations humaines. Une majorité d’entre-nous admet que les relations utilitaires sont destructrices de lien. Pourtant, l’organisation sociale est bâtie sur ce modèle, nous réduisant à n’être plus que des consommateurs. Ce modèle est pourtant en bout de course. Mais il ne suffit pas de s’indigner, il ne suffit pas de résister, il faut proposer et agir… je m’y emploie pour ma part en tentant de montrer l’opérationnalité de la relationnalité.

Apprenons à identifier les mécanismes de manipulation (bien que le terme puisse paraître fort) du « management utilitaire », pour les déjouer et imposer de nouveaux modes de régulation. Mais ne nous laissons pas piégés en adoptant les mêmes réflexes et les mêmes techniques, ce qui libèrerait la spirale destructrice de la méfiance et légitimerait les relations utilitaires. Et il serait trop facile de ne rien tenter en arguant une prétendue utopie humaniste inapplicable !

Il faut lutter, refuser de se soumettre à la loi du plus fort, à la loi de l’intérêt personnel contre l’intérêt collectif. Il faut nous défaire des liens qui nous entravent pour oser les liens qui nous relient. Je sais déjà par expérience que cela est possible dans le cadre d’une relation éducative et en ce qui concerne les relations de travail, dès lors que l’on prend comme principe de régulation, des repères éthiques clairs dont la relationnalité contribue à fournir le cadre.

TAGS
RELATED POSTS

LEAVE A COMMENT